Car la prédication de la croix est une folie pour ceux qui périssent ; mais pour nous qui sommes sauvés, elle est une puissance de Dieu.[…] Car puisque le monde, avec sa sagesse, n’a point connu Dieu dans la sagesse de Dieu, il a plu à Dieu de sauver les croyants par la folie de la prédication.
~1 Corinthiens 1:18,21

Dieu a choisi de sauver les âmes par un moyen qui semble absolument ridicule et insignifiant ! A l’époque de Paul, moins développée que la nôtre, ça faisait déjà scandale. Paul et ses contemporains ont cependant tenu bon et refusé d’altérer leur proclamation. Que retiendra l’Histoire de nous ?

Comme il y a 2000 ans, lorsque nous osons croire que la « folie de Dieu » est plus sage que la sagesse des hommes, que LE message de l’amour de Dieu proclamé sans artifice, sans compromis, sans contrefaçon, sans légèreté, mais avec foi et assurance, peut changer des vies, alors nous voyons le miracle de la conversion se produire !

En réponse au message du salut exprimé par un instrument imparfait et inutile sans l’action surnaturelle du Tout-Puissant, des cœurs sont touchés, des mains se lèvent timidement ou résolument, des vies s’abandonnent à Dieu… EX-TRA-OR-DI-NAI-RE ! Le ciel se réjouit quand un pécheur se repent (Luc 15 :7), et nous aussi si nous réalisons l’importance capitale du drame qui se dénoue sous nos yeux.

A ce moment-là, pour ces hommes et femmes qui répondent à l’appel de Dieu, rien n’est plus vrai, plus fort, plus tangible, que l’action de l’Esprit Saint dans leur for intérieur. Ils découvrent l’Amour qu’ils recherchaient sans le savoir et qui seul peut combler. La pièce manquante du puzzle est trouvée ! se disent-ils, jusqu’à ce qu’ils se rendent compte qu’en fait la pièce c’est eux : ils viennent de s’imbriquer dans l’espace sur mesure préparé depuis toujours dans le cœur de leur Créateur et Père céleste.

Soyons des témoins fidèles ! Prêchons l’Evangile à notre génération en mal de repères et de paix véritables ! Acceptons de croire que le message qui présente le Dieu d’amour qui s’est sacrifié pour sauver ceux qui l’avaient rejeté est suffisant. C’est la plus belle histoire qui sera jamais racontée ! Elle n’a pas besoin d’être aseptisée, enjolivée ou modernisée. SA PUISSANCE EST DANS SA SIMPLICITE. Même des enfants devraient pouvoir comprendre et recevoir ce merveilleux don divin.

Comme cette adolescente de 14 ans qui a donné son cœur à Jésus il y a deux jours à la fin de « la folie de la prédication ». C’était un dimanche comme les autres, dans son église habituelle. La même chorale, la même assemblée, à part les visiteurs. Le même déroulement dans l’ensemble. Le même pasteur qui parle. La même Bible qui est lue. Et pourtant… Ce jour-là, TOUT CHANGE ! Son cœur explose, des larmes de joie coulent sur ses joues, elle entend une voix douce dans son cœur qui l’appelle : « Viens… »

Durant ces instants inoubliables, elle comprend enfin, personnellement, la gravité de son péché et sa nature déchue mais aussi la grandeur de l’amour et du pardon de Dieu. C’est comme si le pasteur ne parlait que pour elle ; tout ce qui l’entoure, ce que les gens pourront penser, lui importe peu. Elle a un tête-à-tête avec Jésus-Christ, Son Sauveur. Sa vie prend un autre sens ; une paix profonde l’envahit. En se réveillant ce matin-là, elle ne savait pas ce qui l’attendait. Mais Dieu, lui, avait rendez-vous avec elle dans sa routine, dans son quotidien, pour tout CHANGER ! Alléluia !  La voici née de nouveau, enfant de Dieu ! Une nouvelle personne en Christ (2 Cor. 5 :17). Gloire à Dieu !

Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu.[…] Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans elle. En elle était la vie, et la vie était la lumière des hommes. La lumière luit dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont point reçue.[…] Mais à tous ceux qui l’ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, lesquels sont nés, non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais de Dieu.
Jean 1 :1,3-5,12-13